Barre de navigation : Accueil > Journal > Bonne lecture !
banniere
Menu

Chapitre 6 : Quand la réalité s'effondre...

05 Apr 2018

Récit fictif


Avertissement : Les personnages, leurs discours ainsi que les événements se déroulant au sein de ce récit relèvent du domaine de la fiction. Tout rapprochement avec des situations réelles existantes ou ayant existées ne serait que fortuit et indépendant de la volonté de l'auteur.

Ce récit est destiné à un public adulte !


Les possédés
Double visage
Zone résidentielle Hoffman, appartement 641 loué par Irina Valentia

Au cours des dernières heures précédant l’aube, Irina essaya vainement de s’endormir. Bien mal lui en prit. Les légères somnolences qui se produisirent eurent des accents d’ascension de Sisyphe, condamné à pousser un rocher en haut d’une montagne et à le voir inlassablement retomber.

Le sommeil la fuyait…

L’appartement solitaire si propice auparavant à la rêverie et à la détente regorgeait ce soir-là de vrombissements et de cliquetis électriques inquiétants, de témoins et de reflets lumineux obnubilants ainsi que de gémissements d’une multitude d’insectes grouillants. Ces murs les avaient-ils toujours abrités dans ses traverses creuses, se gardant de tout étalage durant ses veillées ou venait-ils soudainement de s’y installer, appâtés à l’odeur d’une âme insomniaque ? La sienne… Ses pensées s’égaraient…

La couverture remontée jusqu’à l’arête du nez, ses yeux scrutaient dans la quasi pénombre les déambulations qui s’imprimaient sur sa rétine et tentaient de discerner ceux vibrant à ses tympans.

Quand les signaux lumineux du réveil basculèrent en cœur sur quatre heures, sa main se faufila hors du lit pour saisir son téléphone portable.

Machinalement, une arrière-pensée aidant, à la recherche d’un frêle réconfort, sa navigation s’orienta vers le stockage du contenu multimédia. Il s’y regroupait pêle-mêle quelques morceaux récents, des photos souvenirs et des enregistrements vidéo.

La manœuvre rendue lente et périlleuse par la vétusté de l’écran tactile lui permit d’affiner son choix en faveur d’un souvenir en compagnie de sa seule amie, Claire. Tout les opposait mais sa ténacité l’avait forcé à lui accorder une place dans sa vie. Que se fut ses présences insistantes à ses côtés au cours de ses études ou ses relances persévérantes pour des sorties, Claire construisait opiniâtrement les liens les unissant, le temps aidant à les renforcer. Sans l’affection qu’elle lui portait, sa vie se résumerait à son travail universitaire et à des divertissements solitaires, sporadiquement… seule

Elle lui manquait… L’empreinte sournoise de la solitude s’imprégnait profondément dans ses idées au cours de ces moments difficiles.

Dans le répertoire approprié, trônait laconiquement une seule entrée. Un assemblage de caractères alphanumériques le désignait. Outre son intitulé, aucune autre sauvegarde n’était disponible à la consultation.

Irina rebroussa chemin dans l’arborescence de l’interface et renouvela sa demande. Le résultat de la requête demeura inchangé ! Un unique enregistrement était contenu sur la mémoire de l’appareil.

Elle réitéra les actions précédentes, circonspecte par le dernier affichage.

> MV001.mp4

L’appareil ne proposait qu’une seule vidéo, niant toute autre forme d’existence aux précieux souvenirs de son utilisatrice.

Un flot de larmes se répandirent sous ses paupières. Impossible à endiguer tant l’émotion à cet instant la submergeait. Ce réconfort numérique représentait la seule chaleur humaine à sa portée. Son absence lui renvoyait à ses longues années dépourvus de liens affectifs, du moindre contact corporel, aussi ténu fût-il ainsi que la résurgence des affres acérés qui les accompagnaient immanquablement.

Personne… juste la nuit… seule…

Elle se réconforta en projetant sur l’unique fichier des espoirs insensés. L’appareil aurait-il pu condenser toutes ses vidéos en une seule et unique ? Tout n’était peut-être pas perdu…
Son index effleura le titre…

Le contenu s’étendit sur toute l’étendu visible.

La projection la représentait, assise sur le lit, baignée par un faible éclairage issu d’une source latérale. A mesure que les images défilèrent, son alter-ego s’approchait de l’objectif, le fixant intensément.

Alors que cet autre elle se rapprochait, Irina sentit un frisson lui parcourir le dos.

C’est moi… C’est juste moi à l’écran…

Sans parvenir à en identifier précisément la cause, Irina manifestait un malaise à la vue des images.

Pourquoi… ? C’est juste moi…Ressaisis-toi !

Mais elle n’avait aucun souvenir de cet enregistrement.

Un bug ? Une fausse manipulation ? Pourtant je ne fixe pas l’écran… mais l’objectif… je… Qu’est-ce que je regarde ?

Sa voix intérieure murmura une réponse qu’elle refusait d’envisager… moi

Irina frémit. Elle sentait l’angoisse s’étendre sur sa conscience… Prendre du recul ! Adopter un nouveau regard, aussi objectif que possible de la situation !

Sur la dalle, les images se bousculaient. « Irina virtuelle » tenait fermement en main un objet jaune, scintillant sur la longueur. Des craquements métalliques déchirèrent le silence de la diffusion. Difficile à identifier de prime abord puis éveillant un rapprochement inquiétant.

La lame du cutter étincelait dans la chambre. Son alter ego introduisit sans la moindre hésitation la lame dans sa bouche et la fit pivoter vers la commissure des lèvres…

Instantanément, le geste anodin qu’elle avait répété durant les dernières heures, effleurant de la pointe de la langue l’intérieure de sa joue, jouant avec un imperceptible renflement, basculait vers une indicible horreur.

Elle… cette femme… moi… Qu’est-ce que je me fais ? Comm…

Irina sentait la réalité s’effondrer dans un abîme d’hypothèses et de spéculations toutes plus terrifiantes et cauchemardesques les unes que les autres.

Elle voulut crier, hurler mais aucun son n’émergea de sa gorge serrée. Elle voulue pleurer et manifester sa détresse mais rien ne se produisit. Seule… avec elle

L’autre retira la lame recouverte d’une fine couche sombre. Les contours de sa bouche s’étirèrent, se tendirent jusqu’à la rupture, provoquant rides, déformations et crispations. Le teint blafard se pigmenta de tâches sombres, rougeoyantes sur le côté exposé à la lumière et devint progressivement luisant. Deux globes oculaires sombres, semblable à deux cavités évidées, surplombaient ce relief mouvementé et concentrait l’émanation lugubre… Ces deux disques sombres captaient son regard, l’hypnotisaient.

Irina se sentait basculer vers l’écran. Glisser en direction de ces deux sinistres gouffres... Incapable de se retenir à ses draps, à son lit, à ce monde mouvant...

Sa vision devenait floue. Ses perceptions s’émoussaient. Ces abîmes obscurs l’aspiraient d’une force irrépressible… Vers ce visage déformé. Vers ce visage cireux. Vers ce visage arborant un large sourire… démoniaque

Vues : 210 - Commentaire : 0

Commentaires :

:

:

:

:

:chinois: :charte: :bigrin: :batman: :attention: :ange: :arf: :clown: :confiant: :content: :cool: :cool2: :cooool: :cowboy: :decu: :diable: :dontcare: :epee20centmodif: :erk: :fillette: :fleched: :gni: :grr: :grrr: :grucho: :gun: :hehe: :hihi: :hihi2: :hiver: :hum: :idee: :infirmiere: :langue: :love: :malade: :malade2: :mariee: :marin: :marrant: :mort: :mouais: :myope: :niark: :ninja: :nooo: :nuage: :o: :Oo: :ouin: :oups: :penseur: :pfff: :pirate: :punk: :punk2: :ring: :robot: :robotange: :roi: :roi2: :rouge: :salut: :seventiz: :sick: :siffle: :slajou: :smile: :smiley29: :snif: :sniff: :soleil: :taureau: :tongue2: :unsure2: :vengeance: :winks: :wouah: :x: :yeah: :yeah_baby: :zicgood: :zazoo: :zik: :zik2: :zik3: :zik4: :fouetbase:

Autres (à la demande d'Emcle ;)) :

:3694: :9384: :74591: :bhouhou: :bienjoue: :boulay: :dejarefuse: :deterrage: :fouet_2: :jeplaidenoncoupable: :mdr: :naaan: :neutre_final: :saber: :syn: :tusors: :yeepee: :youpi: :yurk: :zibou:

Une illustration à tes propos ? Tu sais... Confucius disait : "Une image vaut mille mots."
Attention ! 1Mo max et format jpg, jpeg et png exclusivement ! Nous ne sommes pas faciles ! :hihi:

Syncognie - Version 0.0.2 : La meilleure avant la suivante :p - Statistiques - Contact
Valid XHTML 1.0 Strict

© Syncognie, 2016/2018 - Tous droits réservés